Amoureux de la Tech, nous savons que le CES du mois de janvier à Las Vegas donne le la de l’univers techno sur les mois et années à venir. Les journalistes du monde entier nous font découvrir les prochaines innovations, les principales tendances et au détour des quelques centaines de kilomètres d’allées encombrées, la pépite de demain !


Malgré de nombreuses hésitations et volte faces, le CES 2021 a bien eu lieu, mais en version 100% en ligne. Les avantages sont nombreux, en commençant par le coût. En effet, plus de standistes, plus d’hôtels, plus d’avions, plus de stockages, plus de gardiennages, plus de taxis, plus de notes de frais… Bref, des économies salvatrices pour bon nombre de sociétés et de rédactions. Tout se déroule désormais depuis chez soi (ou de son lieu de travail). Chaque société a créé son stand virtuel, en affichant ses fiches techniques, ses vidéos, ses ambitions. De leur côté, les professionnels et journalistes naviguent de stands en stands d’un simple clic…


Mais l’expérience n’a pas été concluante, loin de là. La légèreté de certains sites, la difficulté de navigation, la pauvreté des débats ont vite fait déchanter même les plus téméraires. C’est un fiasco.

Comment le plus grand Salon International de la Tech a-t-il pu à ce point accoucher d’une solution aussi cheap, alors même qu’elle se veut la vitrine du savoir-faire en matière de nouvelles technologies ?

Le manque de temps pour mettre en place une solution adéquate (probable), un manque de moyens financiers (on peut en douter), un amateurisme dû aux soudaines conditions sanitaires (mettre en place un salon virtuel requiert des compétences totalement différentes), un désintéressement de certains Gafa qui n’ont pas permis d’impulser une énergie et un positivisme de rigueur…


C’est certainement un peu de tout cela. Le CES a fait ce qu’il a pu avec les moyens du bord. Aucun grand Salon n’a encore trouvé la formule magique pour allier convivialité, accessibilité et sérendipité. Et oui, que retire-t-on généralement d’un tel événement ? Le petit stand au fond d’un hall avec une technologie de dingue présenté par un ingénieur ultra enthousiaste, cet ancien collaborateur croisé au hasard des allées qui nous partage un bon plan à aller découvrir, ce sandwich partagé à la buvette avec ce directeur qui me confie sa vision des 5 prochaines années, cette star de la Tech sur scène qui répond directement aux questions du public, ce fourmillement incessant des gens sur les tapis qui nous fait dire que le monde Tech est un monde incroyable…


Alors oui, le CES a bien fait de maintenir cette édition 2021, pour donner espoir en ces temps difficiles.

Alors oui, cette version 100% en ligne est perfectible, mais elle ne peut que s’améliorer (en espérant que ce ne soit pas nécessaire…)

Et enfin oui, car elle permet de marquer un temps fort dans la communication Tech pour laquelle nous travaillons.


Alors, pour tous ceux qui n’ont pas pris le temps de naviguer dans les eaux troubles du CES 2021, voici quelques tendances à suivre pour cette année :

Une nouvelle mobilité avec l’électrification des véhicules, la mobilité multimodale, la conduite autonome, la ville intelligente, le pilotage à la voix…

La 5G et toutes les innovations liées à cette technologie qui va révolutionner de nombreuses industries.

L’humain et son nouvel écosystème lié aux crises sanitaires : smart home, travail à distance, formations, éducation.

L’intelligence artificielle au cœur des enjeux de demain dans de nombreux domaines.

La santé, notamment avec l’avènement de la santé connectée et ses milliers de nouvelles applications et objets qui vont nous permettre de se prémunir des dangers extérieurs.


Vivement 2022.