Comme pour les conseils d’administration, l’Etat réfléchit à mettre en place des quotas dans les comités de direction. Car, force est de constater qu’aujourd’hui, les femmes représentent moins de 20% des effectifs dans les comités exécutifs.

Pourquoi les choses avancent si lentement ? Pourquoi avoir besoin d’imposer des quotas ?

On pourrait se dire que c’est consternant d’en arriver là, d’imposer des quotas pour favoriser la parité dans les entreprises. Mais cette démarche a eu un effet positif puisqu’aujourd’hui, la France peut se targuer d’occuper la première place du podium au sein de l’UE et la deuxième au classement mondial. En effet, la loi Copé-Zimmermann a permis depuis 10 ans de passer de 10% à 44% de femmes présentes aux conseils d’administration.

Donc imposer des quotas a du bon et les chiffres le prouvent mais encore faut-il que ces femmes se montrent et se portent candidates. En discutant avec des cabinets de recrutement, la chose n’est pas si aisée. Le savoir-faire va rarement de pair avec le faire savoir et encore moins avec le faire-valoir. En d’autres termes, les femmes ont autant de compétences que les hommes, l’égalité est parfaite, en revanche, les femmes, pour de multiples raisons, ont du mal à « se vendre ». S’affranchir de ce frein devrait permettre aux femmes de mieux se positionner sur des postes stratégiques et de traverser le fameux plafond de verre.

Et si le gouvernement reste sur le même objectif fixé en 2011 pour les conseils d’administration, alors 280 postes sont à pourvoir d’ici à 4 ans au sein des comités exécutifs. Les cabinets de recrutement sont d’ores et déjà « en chasse » et les opportunités devront fleurir.

Mesdames à vos CV !