Que celui qui n’a jamais fait la moindre erreur au travail, lève la main ! Vous serez peu nombreux, voire personne ne se manifestera… En effet, tout le monde a au moins une fois envoyé un mail trop vite (ou encore les contacts en CC au lieu de CCi) , oublié un rendez-vous important ou encore dépassé une deadline imposée. Comme on dit « l’erreur est humaine ». L’important est de réussir à dépasser ce sentiment de culpabilité, voir même de honte lors d’erreurs plus importantes.

Il faut avant tout souligner que l’erreur en soit ne représente pas un échec mais elle permet d'apprendre, de tirer des leçons afin de faire différemment une prochaine fois. S’il s’agit d’une étourderie passagère, elle n’est en aucun cas représentative de votre travail. En revanche, si les maladresses se répètent, elles sont peut-être le signe d’un mal plus profond et une remise en question est à envisager : est-ce que je m’épanouis dans mon travail ? Ai-je besoin de changement ? Ou d’une formation ?

Afin de réduire l’impact de cette erreur, quelle que soit son importance, assumer reste la meilleure des solutions. L’honnêteté ne fera que prouver votre sens du professionnalisme. Tentez également de comprendre l’origine de cette erreur pour ne pas la reproduire plus tard. Si vous n’y parvenez pas, n’oubliez pas que vos équipes ou vos supérieurs sont présents et peuvent vous prodiguer de précieux conseils. Et surtout, n’oubliez pas que demain est un autre jour !

« Si vous avez géré votre erreur avec maturité et professionnalisme, que des regrets ont été exprimés et que des solutions ont été apportées, il est temps de passer à autre chose. Rien ne sert de se torturer l'esprit, bien au contraire : remettez-vous dans le bain, votre équipe compte sur vous ! »