On ne parle que d'Instagram, réseau social probablement le plus apprécié et pourtant... Quand on se penche sur le cas Facebook, nombreux sont les apprentissages à tirer du géant américain, détenteur de Messenger, Whatsapp ou encore Insta.

Tout commence par un nouveau logo

Si le 4 novembre 2019, Facebook a dévoilé, via le profil de Antonio Lucio, Global Chief Marketing Officer chez Facebook, un nouveau logo a priori peu inspiré car très (trop ?) proche d'un Uber, il se cache en réalité derrière ce changement une volonté bien présente : rappeler que Facebook est un groupe, que Facebook est le leader incontesté et maintenant incontestable du social media. Pourquoi ? Car la typo, assez soft, qui compose le nouveau sigle Facebook dépasse le simple "F" emblématique de la marque pour apposer son nom dans son entièreté et ainsi en faire un sceau apposable sous chacun des produits. Ainsi, en ajoutant "from Facebook" à la suite de chacune de ses marques (par exemple "Instagram from Facebook, Mark Zuckerberg tient à rappeler la puissance de son groupe et son appartenance à Facebook.

« les gens devraient savoir quelles entreprises fabriquent les produits qu’ils utilisent. » - Antonio Lucio, Global Chief Marketing Officer chez Facebook

Il ne fait donc nul doute que Facebook souhaite remettre sa plateforme phare au devant de la scène. Cette fois, en se tournant vers l'avenir, ne dépendant plus ni d'Apple, ni de Google dans son prochain cycle d'innovation.

De Spaces à Horizon, il n'y a qu'un pas

Pour cause, si on regarde à l'horizon, on remarque que Facebook se prépare activement depuis déjà plusieurs années au prochain boom technologique. Cette prochaine étape, Facebook la prépare même depuis un peu trop longtemps puisqu'avec son projet Facebook Spaces (environnements en VR créés pour échanger, jouer, diffuser et partager entre amis), la société de Menlo Park était un peu trop en avance et n'a pas réussi à séduire les foules, faute d'une technique arrivée trop en avance face à un taux d'équipement du matériel de réalité virtuelle (VR) pas assez mature.

Le jeu, le jeu, le jeu !

Mais Facebook n'a pas dit son dernier mot puisque 2020 sera l'année du lancement de Facebook Horizon, petit frère amélioré de Facebook Spaces, doté d'une vision plus précise. D'ailleurs, ce n'est pas pour rien si la firme américaine a racheté Oculus, acteur de premier ordre de la VR dans le monde, et plus récemment du jeu Beat Saber via son studio Beat Games. Avec cette licence, meilleur avocat de la VR, Mark Zuckerberg fait un achat très stratégique qui vise à financer plus ces innovations et ainsi pouvoir proposer son produit social en VR le plus tôt possible. Pour cela, il faut d'abord populariser la VR, la rendre plus accessible, ce qu'a rapidement compris Sony avec son PS VR, vendu à moins de 400€.

" Nous voulons une position plus stratégique pour la prochaine vague de l'informatique. " - Mark Zuckerberg, CEO Facebook

Facebook a donc tout intérêt à se tourner par le jeu pour habituer sa cible à la VR. Et cette dynamique n'est pas prête de s'arrêter puisque l'on apprend il y a peu que Facebook vient de racheter PlayGiga, spécialiste espagnole du Cloud Gaming. Facebook sait où il va, reste à savoir si son retard sur les innovations gaming annexes lui permettront de rester dans la course face à des géants comme Sony ou Microsoft.

http://www.jeuxvideo.com/news/1163685/facebook-achete-playgiga-specialiste-du-cloud-gaming.htm