Il est difficile de ne pas être déjà au courant, une grève massive paralysera Paris ce jeudi 5 décembre. Un mouvement de masse qui en empêchera plus d’un de se rendre sur son lieu de travail. De nombreuses entreprises verront ainsi leur activité perturbée. Une solution semble alors se profiler en toute logique, celle du travail à distance, plus généralement appelé « télétravail » ou « Home Office » pour les entreprises internationales que nous sommes.

En effet, simplifié par les ordonnances Macron réformant le Code du travail, le télétravail est une bonne alternative permettant de continuer à exercer ses fonctions à distance. Cette pratique est également considérée comme ayant un impact positif sur l’équilibre vie professionnelle et vie privée. D’après une étude Poly (ex-Polycom), 68 % des personnes sondées déclarent justement que le domicile constitue leur lieu de travail préféré.

Mais qui est éligible ? Tout le monde ? Pas exactement.

A priori, cette pratique pourrait être exercée par toute personne ayant un emploi qui ne nécessite pas une présence physique. Avec l’émergence des outils collaboratifs, de nombreux emplois qui s’exerçaient traditionnellement dans des bureaux peuvent désormais se réaliser du domicile.

Ainsi, pour exécuter comme il se doit ses fonctions depuis un autre lieu que son travail tels que son domicile ou un espace de coworking par exemple, l’entreprise est tenue de mettre à disposition du salarié tout l'équipement nécessaire, tel qu'un ordinateur portable et dans certains cas un téléphone professionnel. Par ailleurs, afin d’éviter toute distraction liée à son environnement personnel, il est conseillé de fournir à ses employés des outils collaboratifs leur permettant de maintenir un lien avec leurs collègues et de faciliter ainsi leurs échanges.

Enfin, il est essentiel de s’assurer d’avoir accès à une connexion internet convenable et avant tout sécurisée ! Il serait regrettable que vos données se retrouvent en danger alors que vous souhaitez juste maintenir votre activité !