Qu’est-ce que la Paris Games Week ?

La PGW, si vous ne le saviez pas déjà, est un salon dédié au gaming organisé Porte de Versailles à Paris (comme son nom l’indique plutôt bien) qui a présenté sa dixième édition du 30 octobre au 3 novembre 2019 dernier. 

En quelques chiffres, la PGW 2019, ce sont 3 halls dédiés au 10ème art répartis sur 80 000m2. Ça fait beaucoup. Et en même temps, l’industrie du gaming en France ne cesse de croître. En 2018, le chiffre d’affaire généré par l’industrie vidéo ludique s’élevait à 4,9 milliards (2 750 millions pour le jeu sur console, 1 237 millions pour le gaming sur PC et enfin 946 millions pour le jeu mobile).

Le gaming en France

En France, 71% des français déclarent jouer, au moins occasionnellement, aux jeux vidéo. Et parmi ces 37,15 millions de joueurs français, 52% sont ses hommes et 48% des femmes, avec une moyenne d’âge de 42 ans pour les hommes et de 39 pour les femmes, une moyenne qui vieillit avec le temps.

La PGW 2019 à l’ouverture

Les organisateurs l’ont bien compris, le jeu vidéo est entré dans (presque) tous les foyers et la PGW doit alors répondre à tous les profils de gamers (ou non). 

Ainsi, la dixième édition de la PGW accueillera entre autres :

  • Un espace eSport plus grand que jamais avec 23 000 m2, soit 1/4 de la taille totale du salon.
  • Un espace dédié aux parents animé par la société PédagoJeux.fr dont la mission est d’expliquer aux plus réticents ce qu’est le jeu vidéo (emploi, formations, économie, etc.).
  • Women in Games France, un espace dédié aux femmes dans le jeu vidéo dont la volonté est la mixité dans l’industrie du jeu vidéo.
  • Cap Games, association visant à faciliter la pratique du jeu vidéo pour les personnes en situation de handicap.
  • Silver Geek, association dont l’objectif est de créer du lien social entre les générations en présentant la pratique du jeux vidéo aux seniors. De nombreuses compétitions de eSport ne sont d’ailleurs organisées que pour les seniors.
  • Un Africa Corner où Paradise Game, représentera quatorze studios africains du jeu vidéo.
  • Le Centre Georges Pompidou, nouveau partenaire, qui présentera son tout premier jeu vidéo : Prisme 7, inspiré directement de l’art moderne et contemporain.

Autant dire que si les précédentes éditions de la PGW se concentraient sur le gaming et parlaient directement aux joueurs, cette édition 2019 a tendu plus que jamais à parler à tout ce qui gravite autour du joueur en expliquant, rassurant et en évangélisant le jeu vidéo tout en ne le présentant non plus comme un hobby sympa mais comme un secteur économique dynamique et plus que jamais source d’emplois, de compétences et de créativité. Une très belle mission que tout gamer ne peut que soutenir.

Pourquoi ce positionnement ?

Si la PGW évite encore l’écueil dans lequel ont plongé la plupart des conventions en devenant des centre-commerciaux éphémères composés en majorité de boutiques, la volonté de la Paris Games Week de devenir le salon holistique du jeu vidéo est louable. Il s’agit même, dans un sens, d’une évolution logique visant de façon habile à pallier à son principal défaut : le manque d’effet d’annonce.

En effet, si les habitués attendent avec une impatience toute particulière l’E3, la Gamescom ou encore la Tokyo Games Show pour leurs nombreuses grosses annonces, le fait que la Paris Games Week préempte un autre positionnement, plus culturel, montre certes sa maturité sur le marché français et une réelle notoriété, mais également peut-être une limite d’intérêt des grands studios quant à la volonté de profiter de la manifestation pour événementialiser leurs nouveautés. 

Le risque est, qu’avec une telle évolution du salon, les éditeurs et studios pourraient avoir encore de moins en envie de communiquer sur leurs nouveautés… Et pour cause, une grande partie de titre annoncés durant cette PGW 2019 sont déjà sortis. En souhaitant attirer toute la famille, la PGW pourrait en oublier les joueurs. Or, ce qu’ils attendent en majorité, ce sont des annonces. Espérons donc que le fait d’ouvrir sa communication à de nouvelles audiences, n’empêche pas à la PGW d’avoir dans un avenir proche de plus en plus de belles annonces marquantes.

Retour sur le cru 2019

Au final, 317 000 visiteursc’est le nombre de personnes qui se sont retrouvées à la Paris Games Week 2019 pour rencontrer 194 exposants pour 227 marques représentées. Côté retombées, c’est 14h de temps d’antenne capté, 2 336 articles et sujets et 10 935 billets et reportages vidéos sur les blogs et réseaux sociaux. L’événement, de grande ampleur, aura permis à la PGW de gagner 20 000 fans sur Instagram, 6 000 sur Facebook mais surtout de devenir le premier événement français sur Twitter (source : socialbakers). Une belle réussite donc, qui permet de faire rayonner le jeu vidéo aussi bien en France, qu’à l’international. Encore une belle réussite !


https://www.afjv.com/news/9919_bilan-de-la-10e-paris-games-week.htm