L'Obs a récemment publié un article sur la gratuité VS le paiement des articles de presse, à la fois drôle et incisif, ayant largement fait réagir la sphère journalistique sur Twitter. Intitulé "Tu peux m'envoyer cet article payant par mail ?" Alors non, parlons-en", l'article démarre en annonçant la couleur : "Estimez-vous heureux : on ne vous fait pas payer cet article".

La presse papier connait une crise financière, causée notamment par la baisse du nombre d'acheteurs et d'abonnées, au profit des articles en ligne. Aujourd'hui, la presse se consomme de plus en plus par voie numérique, pour le plus grand malheur de nos petits yeux, et le charme du papier séduit de moins en moins de lecteurs.

Pourtant, les journalistes sont régulièrement sollicités pour des articles gratuits, raconte l'auteur de l'article de L'Obs, par "des parents, des amis, le frère d'une cousine ou des inconnus à qui on ne doit rien". Il poursuit "Avec l’espoir secret que tout cela s’arrête et que vous acceptiez de payer pour notre travail <3". Oui il y a bien un "<3"  dans l'article. Le ton est donné ! 

Les attachés de presse, moi la première, avons parfois l'habitude de demander aux journalistes de nous envoyer gratuitement des articles payants, quand ils mentionnent nos clients, ou qu'ils sont publiés suite à une interview. Quel n'est pas notre malheur quand en cliquant sur le lien, nous sommes confrontés à un paywall, ce système par lequel on peut accéder gratuitement à "1 article par jour", "5 articles par semaine", ou "10 articles par mois", ou à aucun. 

A l'heure où les médias bataillent pour trouver les meilleures offres d'abonnements, les meilleures réformes éditoriales pour faire bénéficier aux articles Web de la même qualité que les articles papier, et les meilleures formules de "paywall", il devient difficile de décemment continuer à formuler ce genre de demandes à nos chers journalistes. 

Dans le métier, il est légitime de penser que nous sommes leurs premiers lecteurs, alors soyons aussi leurs meilleurs alliés !