Comment vanter la technologie de ses automobiles connectées tout en promouvant les pratiques informatiques permettant de la rendre plus sûre ? . Le célèbre constructeur de véhicules électriques et autonomes Tesla donnera un début de réponse au salon Pwn2Own qui se tiendra du 20 au 22 mars prochain à Vancouver.

Cet événement, organisé chaque année depuis 2012 pendant la conférence CanSecWest sur la sécurité informatique, rassemble plusieurs hackers éthiques et renommés dont l’objectif est « simple » : pirater un logiciel, un réseau ou une technologie le plus rapidement possible. 

Et pour cette édition 2019, le cobaye sera également la récompense de l’heureux gagnant : il s’agit d’un véhicule de la marque Tesla, la Model 3.

Les deux accidents d’un Autopilot de Tesla en mai 2018, ainsi que celui, mortel, impliquant un véhicule autonome d’Uber deux mois plus tôt en Arizona, ont participé à freiner les ardeurs au sein du marché du véhicule autonome. 

Pour Tesla, l’opération de communication qui découle de la compétition Pwn2Own est ainsi polyvalente : premièrement, elle permet, le cas échéant, de démontrer la robustesse des logiciels développés par la firme d’Elon Musk face à d’éminents hackers et, à minima, de mettre en exergue la finesse des technologies présentées. 

Deuxièmement, elle s’érige en plaidoyer pour le recours aux plateformes dites « Bug Bounty », qui visent à favoriser la lutte contre le piratage et responsabiliser les chercheurs de vulnérabilités informatiques contre compensation financière.

Reste à savoir si ce type d’événement sera de nature à estomper le scepticisme ambiant ayant cours dans le secteur des véhicules autonomes.