Et si Marc Jacobs vous enseignait le design ? Et Emmanuelle Alt (rédactrice en chef du Vogue Paris) les astuces pour devenir un journaliste de mode de renom ?

Ces grands noms qui autrefois intervenaient dans des écoles spécialisées très réputées, laissant de côté les étudiants d’écoles plus modestes sont maintenant accessibles via des leçons en ligne ou lors de sessions accueillant quelques passionnés, payantes ou gratuites. 

C’est ce que l’on appelle la Master Class, que le dictionnaire Cambridge définit comme « a class taught by someone who has an expert knowledge or skill in a particular area, especially in music » Loin du cadre académique, la Master Class permet une prise de parole plus libérée, plus centrée sur l’intervenant et son expérience personnelle, il délivre ainsi un témoignage pratique, ponctué d’exemples concrets.

Mais la Master Class ne sert pas seulement l’étudiant, le startupper ou le passionné, ce format éducatif est devenu un véritable business : la start-up Californienne MasterClass a ainsi relevé haut la main le défi de la levée de fond, trois fois de suite, pour un total de 136 millions d’euros. De grands noms s’en servent également de tremplin, Le Bon Marché ou Vogue, par exemple, organisent leur propre Master Class, créant une nouvelle source de revenus et apportant supplément d’âme à leurs marques qui paraissaient jusque-là inaccessible.

« Elles sont un vrai supplément d'âme pour notre magasin, confie l'un de ses porte-parole du Bon Marché. Chaque fois, l'on ressent ce besoin de contact physique qui manque aux réseaux sociaux, ce plaisir de se réunir, de communiquer autour d'un thème commun. »

Ainsi, les Master Class rassemblent des communautés passionnées qui s’impliquent dans les activités des marques d’une nouvelle façon. C’est ce qu’on appelle le marketing communautaire.


Joséphine de Ruidiaz

Programme Executive