La Formule 1 est une vitrine publicitaire permettant aux constructeurs automobiles engagés d’accroître leur visibilité dans une vingtaine de pays du monde chaque année, ainsi que de démontrer à un haut niveau de compétition leur excellence technologique. Revenu au sein de la discipline reine du sport automobile en 2016 après le rachat de l’écurie Lotus, le Renault F1 Team bénéficie bien entendu de ces avantages. Cependant, selon cet article des Echos, l’arrestation du PDG de la marque au losange Carlos Ghosn le 19 novembre 2018 au Japon est de nature à remettre en cause les investissements croissants effectués par Renault Sport Racing dans son écurie de F1 et ainsi entraver la conquête du marché mondial par le constructeur français.

« La fracture qui pourrait résulter du scandale pourrait également avoir des conséquences inattendues. Si Renault et Nissan venaient à rompre, que deviendrait par exemple le contrat de sponsoring qui lie Renault Sport Racing et Infiniti, la marque haut de gamme du constructeur japonais ? »

Certes, le scandale financier impliquant Carlos Ghosn n’est pas un bon signe envoyé aux investisseurs et sponsors du Renault F1 Team, et constitue une menace à la pérennité de l’écurie. Néanmoins, la marque au losange a toujours exercé un rôle très visible en F1, avec ou sans constructeur attitré. Motoriste de l’écurie Red Bull entre 2009 et 2018, Renault a en effet remporté quatre championnats du monde avec l’écurie autrichienne (2010, 2011, 2012, 2013) a équipé plusieurs équipes depuis.

« Des précédents existent : redoutant des amendes records consécutives au scandale Dieselgate, Volkswagen s'était par exemple retiré du championnat du monde des rallyes en 2016, une semaine après le retrait d'une autre marque du groupe, Audi, du championnat d'endurance. »

La comparaison du cas Renault à celui, notamment, de Volkswagen, est en outre sévère. D’une part car le Dieselgate résulte d’un scandale inhérent à l’intégrité de la marque elle-même, ce qui a participé à son éviction de certaines disciplines reconnues mondialement. D’autre part, car au contraire de Volkswagen, Renault est présente sur davantage de canaux lui assurant une visibilité publicitaire mondiale.

Jeremie Gauthier

Associate Programme Executive