Cet insight a été rédigé par Emma Hazan, Global Head of Consumer Hotwire Londres.

Google s’associe avec Disney pour enrichir le moment de la lecture faite le soir aux enfants, pour les aider à s’endormir. Grâce à l’enceinte connectée Google Home, le monde va découvrir la profondeur des campagnes exploitant le plein potentiel de la reconnaissance vocale.

Nous avions déjà évoqué le sujet avec notre équipe de neuroscientifiques et de chercheurs du MIT à l’occasion de notre première étude sur la Génération Alpha : s’il a été plutôt amusant d’utiliser Google Home ou Amazon Echo en les testant avec malice (par exemple « Alexa, raconte-moi une histoire drôle » ou « OK Google, c’est mon anniversaire »), nous entrons à présent dans une nouvelle phase où la technologie est capable de s’adapter et de réagir de manière plus intuitive qu’à son arrivée sur le marché.

Tout parent d’enfant en bas âge vous dira qu’il est impossible de lire en entier une histoire sans être interrompu, que ce soit pour faire des commentaires ou répondre à des questions importantes portant par exemple sur la couleur de la pomme que croque Blanche-Neige : « Est-elle est rouge ou verte ? » [Le conte ne donne pas d’indication claire, on peut juste supposer qu’elle est bio], « Quand on est mort, un bisou peut vraiment nous réveiller ? [Oui, peut-être bien, si c’est Ryan Gosling…] ou « Maman, est-ce que tu siffles quand tu vas travailler ? » [Oui, mais uniquement pour agacer mon chef…].

Avec sa capacité à détecter et à réagir à ce qu’on lui dit, Google Home fait franchir un nouveau pas à la commande vocale. Elle devient ainsi un médium évolué auquel les marques peuvent faire appel pour engager directement les consommateurs, avec plus de pertinence et de manière plus satisfaisante pour eux. Je m’en réjouis par avance !