Depuis quelques années, les drones sont devenus le produit tendance par excellence pour les tous les fans de technologies et les geeks. Malgré des restrictions d’utilisation strictes quel que soit le pays, les consommateurs n’hésitent pas à investir afin de capturer les plus belles images. En France, dès septembre, les pilotes d’appareils de plus de 800 grammes seront obligés de passer une formation gratuite et accessible dès 14 ans.

Mais ce sont les entreprises qui voient en cet objet un formidable outil d’aide au développement de projets. Alors il arrive que certain projet fonctionne mieux que d’autre : comment ne pas citer Mark Zuckerberg, qui avait annoncé en 2014 l’aventure « Aquila » : un drone solaire de 400kg à l’envergure d’un avion de ligne, développé en partenariat avec l’opérateur de satellites français Eutelsat et censé fournir une connexion haut débit dans un rayon de 80 kilomètres, quasiment n’importe où dans le monde. Mais le groupe a annoncé l’arrêt de la construction de ce drone, sans pour autant investir dans ce type de solutions réseau.

La production est stoppée mais l’investissement est toujours bel et bien là. Alors que vient d’être publié le Baromètre de l’industrie du drone en Europe, il est acté que le drone se fait un place de plus en plus importante dans les entreprises et les services aux entreprises. Nous nous rappelons tous de l’annonce d’Amazon et ses drones de livraison. Ce baromètre européen montre qu'un nombre croissant d'entreprises deviennent actives dans le secteur du drone.

Certains voient même en ses appareils une véritable aide humanitaire : ces drones étant tellement précis, ils pourraient ravitailler des zones de conflit ou touchées par une catastrophe naturelle.

En attendant les évolutions technologiques à venir et qui permettront tant aux entreprises qu’aux consommateurs de pouvoir profiter pleinement du champ des possibles d’un drone, certains organismes profitent de cet appareil pour « marquer le coup », comme l’ONG Greenpeace, ayant organisé hier une action sur la centrale de Bugey, près de Lyon, pour alerter sur le manque de sûreté des centrales nucléaires.

Quel que soit l’objectif d’utilisation, nous ne sommes pas prêts de voir disparaître ses appareils du ciel !

Aurélie Kouider

Senior Programme Manager