Nouveau média résolument féministe (il parait que c’est la mode), il n’en est pas moins que Simone, le dernier né de Prisma représente en France une aubaine pour les communicants. Malgré la légion de journaux et sites féminins, il serait faux de croire que tous les créneaux étaient déjà pris. 

Aujourd’hui, jeunes et moins jeunes consomment la presse toujours plus sur les réseaux sociaux, et pourtant, il semblerait que les marques médiatiques commencent tout juste à créer des contenus adaptés à Facebook et consorts. Les adolescents sont servis avec Snapchat, les jeunes avec Konbini, Brut ou Minute Buzz, mais les femmes ont encore peu de médias sociaux natifs. 

Si les médias féminins traditionnels sont sur Facebook, il suffit de voir l’engagement créé par leurs publications pour comprendre qu’il y a incompatibilité de genre ou de support.

Pour les professionnels des relations presse, Simone représente une nouvelle possibilité de communiquer autrement, sous un format ressemblant davantage au brand content qu’à de la presse en tant que telle. Interviews de femmes au parcours inspirant, synopsis de vidéos divertissantes, voici entre autres exemples ce que les attachés de presse peuvent proposer à un tel média. 

Un travail se rapprochant presque de la collaboration avec les influenceurs, qui permet de créer la préférence de marque, avec subtilité. On ne communique plus, on divertit !

Par Aliénor Gamerdinger

Programme Executive