Produite et lancée sur Netflix le 2 février dernier, Altered Carbon est une série se déroulant dans un univers futuriste clairement transhumaniste.

L'œuvre part du postulat que les humains ont la possibilité de télécharger leur conscience dans de nouvelles "enveloppes", à l'infini, rendant obsolète le concept même de mort.

Ce terme « d'enveloppe » revient continuellement dans cette série : il désigne simplement la notion de corps. Ici, notre conscience, nos souvenirs et nos personnalités sont stockés et téléchargeables en quelques secondes dans un implant. En cas de mort corporelle, il est donc possible d’être en quelque sorte « ressuscité » en implémentant cette sauvegarde sur une nouvelle enveloppe… du moins tant que cet implant cortical est en état de marche .

Dans Altered Carbon, le corps est présenté comme un simple service, un device à usage unique. Par exemple, les criminels sont condamnés à des peines de stockage : dépossédés de leurs corps, ils sont alors mis en vente ou en location à d'autre consciences en quête d'un habitat. Les corps en meilleurs santé, attractifs, ou plus sportifs se vendent alors à prix d'or.

Dans cette vision du futur, ce concept de téléchargement de conscience et de changement d'enveloppe corporelle à l'infini a changé la donne pour l’humanité et met en avant de nouvelles problématiques, notamment celles des entreprises toutes puissantes, qui peuvent financer des enveloppes corporelles "super performantes" pour les attribuer à des individus, ceux-ci étant ainsi considérés comme employés de l'entreprise jusqu’à ce que leur dette soit effacée.

 

"Avec la notion d’enveloppes, Richard Morgan interroge de manière très intéressantes le rapport que l’on entretien avec son corps, et dans quelle mesure il influe sur la psyché. " – Gaël Weiss, Journal du Geek

La promotion de cette nouvelle série a été faite en grande pompe par Netflix, avec notamment un flagship immersif au cœur de Paris le week-end précédant sa mise à disposition sur la plateforme de streaming .

Cette fiction pose les base - bien qu'imaginaires- d'un futur pas si lointain. En plein débat sur l'IA et le droit des robots , ce concept pousse indéniablement la réflexion sur l'usage des nouvelles technologies et de l'humain, des bases éthiques et juridiques à poser dans ce contexte actuel d'euphorie technologiques, rendant le monde de la tech tout aussi effrayant qu’excitant.

Safia Zoghlami

Associate Programme Executive