Il est des artistes dont la disparition représente un tsunami à bien des niveaux. Sans aucune surprise, la mort du chanteur Johnny Hallyday a causé une avalanche de réactions toutes aussi passionnées les unes que les autres. 

Les fans attristés allant parfois jusqu’à tenter de mettre fin à leurs jours, les révoltés hurlant face au sur-traitement médiatique accordé au rockeur et les cyniques qui n’attendaient qu’une chose : la bataille pour l’héritage. Et bien que tous les cyniques se réjouissent, nous y voilà ! 

Et encore une fois cet épisode de la vie de Jean-Philippe Smet va se dérouler sous les feux des projecteurs, nous prenant tous à partie et faisant de nous les juges (malgré nous ?) d’une histoire qui ne nous concerne pas. 

Qui aujourd’hui peut se féliciter de ne pas avoir jugé l’un ou l’autre des clans Hallyday ? Car au-delà d’une lutte juridique, n’est-ce pas une bataille d’image qui est en train de se jouer ?

En contestant le testament de son père, Laura Smet (épaulé par son frère David Hallyday) entend réclamer son dû, à savoir une partie de l’héritage que son père lègue dans son intégralité à sa dernière épouse, Laeticia Hallyday.

 En rendant publique une lettre adressée post mortem à son père, elle entend par contre rétablir d’une part sa vérité mais aussi un lien avec son père qu’elle accuse à demi-mots sa belle-mère d’avoir altéré. Avec cette lettre, Laura va bien au-delà d’une simple procédure légale, elle en appelle à l’affecte pour (re)gagner le cœur des Français qui ont fait de son père une icône…et un homme riche. 

D’ores et déjà la démarche divise et ne fait que creuser le fossé entre les deux parties. Une seule chose est sûre, le combat risque d’être très long et ne représente très certainement que le premier volet d’une série à rebondissements qui se jouera à la fois dans les tribunaux et dans les journaux… 

Affaire à suivre…(ou pas !)

Betty Berthol

Chief of Staff & Head of Practice