Mort des médias traditionnels, de l'écriture et de la lecture sur papier, au profit de vidéos et « stories » en tout genre ? Quoi qu'en disent les grands sociologues et autres Cassandre depuis des années, le monde des médias est loin d'avoir ouvert la porte à l'appauvrissement. L'agence Hotwire revient sur ce début d'année 2018, au cours duquel les amoureux de la presse ont entendu sonner les trompettes de l'optimisme et du renouvellement.


Ebdo, un magazine « Normcore » selon Libération

L'actualité a rattrapé les journalistes, au détriment de la presse de qualité. C'est là le credo de ce nouveau magazine hebdomadaire sorti en kiosques le 12 janvier. Fondé par Patrick de Saint Exupéry, homme de presse issu directement de la famille de l'auteur de l'un des livres les plus lus au monde, et Laurent Beccaria, venu du monde de l'édition, ce magazine voit le jour grâce à une rédaction conséquente de 30 journalistes.

Objectif ? Redonner aux Français le goût de la lecture, avec un média dépourvu de publicité, au profit de grands dossiers, d'écriture de haut vol, et d'un positionnement indépendant et refusant toute posture. Cet esprit en roue libre mérite l'attention des attachés de presse. 

En effet, si la réputation de ce média est déjà très bonne, la prudence reste la mère des vertus. Alors avant d'envoyer nos clients aux fourneaux, laissons passer et lisons quelques numéros de ce nouvel hebdo.

Célébrant les 10 ans de FrAndroid ce mois de janvier, Ulrich Rozier, célébrité nationale chez Hotwire, a rappelé avec lucidité dans un billet d'humeur que « Nous sommes des êtres humains, et nous ne sommes pas des machines de consommation de contenu. Ce qui sauvera l’industrie des médias, ou qui mérite d’être sauvé, ce sont les articles écrits pour les gens, les vidéos tournées pour les spectateurs, les podcasts enregistrés pour les auditeurs. »

Quant à Alice Pfeiffer, la journaliste et sociologue de la mode considère que la presse féminine est loin d'être morte, à condition que les médias comprennent que les lectrices ont accès à toute information gratuitement sur le Web. Autrement dit, si la dernière robe de Megan Markle n'est en 2018 plus un appas, les dossiers de fond et le vrai journalisme ont encore leur mot à dire. Visualiser l'interview Fraiches by MinuteBuzz.

Pour atteindre les 70 000 abonnements visés d'ici 2019, Ebdo a noué un partenariat avec le groupe Bayard Presse, lequel va également faire son entrée au capital du nouveau né. Le groupe semble croire au papier plus que jamais, ayant également annoncé en novembre dernier la sortie du magazine La Croix Weekend, pour le 2e semestre 2018. Plus d'informations sur Ebdo dans Libération.

Le Média, nouveau journal télévisé d'opposition

La France Insoumise aussi a son JT désormais. Fondé par Sophia Chikirou, ex. Directrice de la communication de Jean-Luc Mélanchon, et sous la rédaction en chef d'Aude Rossigneux, ce nouveau « 20h » est apparu sur les ondes le lundi 15 janvier. 

Pour cette première, Le Média n'a pas fait parler de lui uniquement sur Twitter, où toute la médiasphère était déchainée, mais également sur son site internet, car suivi en direct par près de 50 000 personnes... au point d'en faire souffrir la technique, car le site ne s'attendait pas à un tel succès. 

Problèmes de sons et autres incidents ont donné aux détracteurs des poignées faciles à attraper pour tourner en dérision ce média se voulant révolutionnaire. En effet, Le Média se dit « Engagé en faveur des causes sociales et écologiques, féministes et antiracistes, ouvertement progressiste et humaniste » et « propose un regard différent par rapport à celui véhiculé par les médias dominants. » TV Liberté, journal télévisé web de droite, aurait-il trouvé son opposant de gauche ?

Une chose est sûre, les attachés de presse des GAFAM et autres multinationales attendront peut être avant de se ruer sur les contacts de la rédaction ! Plus d'informations sur Le Média dans Le Figaro.

Quelqu'un a-t-il déjà réellement pensé que les Français cesseraient un jour de lire et d'aiguiser leur esprit critique ? Quoi qu'il en soit, ce n'est visiblement pas en 2018 que l’apocalypse intellectuelle se produira… la parousie pourquoi pas.

Par Aliénor Gamerdinger

Programme Executive