Les scandales successifs des derniers mois qu’a subi, et parfois orchestré, Cyril Hanouna ont laissé des traces. Un sondage paru dans Téléstar le place au 1er rang des animateurs que les téléspectateurs veulent voir…moins souvent à la télévision ! . Ils sont 61% à souhaiter que le présentateur de « TPMP » (C8) soit moins présent sur les écrans.

La crise de mai-juin derniers (sketch humiliant), qui faisait suite à plusieurs dérapages à l’antenne, a été plus sérieuse que l’équipe de l’émission, de C8 et du groupe Vivendi n’ont pu le laisser penser. Ont-ils pris la mesure de l’impact de la dégradation de la réputation et de l’image de l’animateur et de sa capacité à se relever ?

Comme son émission, Hanouna a du mal à maîtriser sa communication de crise. Entre désinvolture, amateurisme et improvisation, l’animateur n’est pas parvenu à exprimer l’empathie et l’humilité que l’on attend dans ces moments critiques.

Les excuses spectacularisées, sur le ton de la provocation, ont été la goutte d’eau qui a fini de ternir une image déjà bien dégradée. Ses messages étaient faiblement lisibles et semblaient relever d’une logique pulsionnelle plus que d’une réflexion communicationnelle.

Dans son mano à mano avec Yann Barthez et « Quotidien », c’est ce dernier qui prend régulièrement le dessus. Depuis septembre, Hanouna renouvelle régulièrement sa formule. Mais quelque chose semble cassé. Le problème de la course à la provocation et à "l'humiliation, juste pour rire" est qu’il faut en permanence augmenter la dose.

Un plafond est certainement atteint. Reste à se renouveler, c’est tout le défi des prochains mois : restaurer une réputation abîmée en allant au-delà de ce qu'il sait et aime faire pour retrouver sa position dominante dans le paysage médiatique français.